Ian McCamy

"Ses gigues ont la gaieté d’un temps où la note bleue n’avait pas encore envahie l’univers" - Liberation

Bio

Violoniste de musiques celtique et nord américane, Ian McCamy est né à New-York et a grandi au milieu de la scène artistique de Manhattan. Prenant ses racines dans les terres écossaises et les montagnes du Tennessee de ses ancêtres, sa formation musicale s’est nourrie de la richesse artistique avant-gardiste internationale. A la vingtaine il prend le large pour jouer et voyager à travers l’Europe collaborant avec des artistes et musiciens tels que Tiarnán Ó Duinnchinn, Piers Faccini, Steven Harrison and Mocke.

Basé à Paris, il a sorti quatre albums solos, a été l’invité de plus de seize albums et a participé à des concerts et des festivals en Amérique, en Europe et en Afrique du Nord. Son dernier album solo Vintage Americana est sorti en France chez Frémeaux et Associés , deux ans après More Pretty Girls Than One sorti aux Etats-Unis chez Arhoolie Records. Les pochettez de ses albums a été dessinée par son ami de longue date Robert Crumb, photographe Gaston F. Bergeret et l’illustrateur américain Drew Christie.

Ian Mccamy a également fait de nombreuses apparitions dans des films français et américains.

Disques

Disponible chez

Fremeaux Records Arhoolie Records

Écouter

Voir

Presse

“Ian McCamy à l’accent idoine. Lorsqu’il pleure c’est avec le lyrisme naïf d’une ballade irlandaise, et ses gigues ont la gaieté d’un temps où la note bleue n’avait pas encore envahie l’univers. La vieille Europe déboulait en Amérique, enivrée d’illusions et d’espace et lorsqu’elle croisait la culture métissée du Sud elle en adoptait ce qu’elle avait de plus joyeux.”

Liberation

"Ian McCarmy possède un charisme suranné… sur scène, il dégage une énergie artistique qui transcende son interprétation et sa performance est en adéquation totale avec son style musicale."

The Irish Times

"Le son de ce quartet est parfaitement reconstitué et on croirait avoir affaire à du son soixante-dix-huit tours qui n’aurait aucune impureté. Ils jouent superbement les gigues, les square-dances, les reels, les chansons, car Ian Mac Camy, le cas échéant, ne néglige pas le chant, ainsi que les voluptueux bostons, ces valses lentes qui en ont fait craquer plus d’une. C’est toute une époque, tout un menu peuple, qui renaissent grâce à ces musiques oubliées."

Trad Magazine

"Sincère et à l’élégance désuète…. la voix de McCamy imprègne de sa langueur l’interprétation de « Jack O’Diamonds », et de l’esprit de Woody Guthrie celle de "There's more Pretty Girls Than One". Cette qualité est comme l’ouverture d’une porte vers un autre temps."

SingOut!

"Le ton et l’approche du violon de McCamy sont parfaits, puisant dans des sonorités anciennes et terriennes, sans surjouer le registre de la nostalgie."

The Lonesome Road

“Pour ceux qui aiment le Old Time, ils sont gâtés. Superbe interprétation des répertoires exceptionnels de musique traditionnelle avec ce très grand ‘Violoneux’ New-yorkais qu’est Ian McCamy. Avec ce CD, nous parcourons les pistes et plus tard en train en montant sans payer dans les wagons avec les vagabonds durant la grande dépression dans ce voyage musical datant des années 1920. Si vous aimez aussi danser, nous avons quelques anciennes valses que nos amis Westerners savent si bien pratiquer et qui nous font une ambiance très Old Time. Un grand moment de bonne musique !”

Big Bear

"Une compilation à la gaieté exubérante de musiques populaires, breakdowns, reels, rags, ballades, sans oublier le blues. Americana, musique roots, folk – bref, la musique comme on l’aime."

Blues in the South

“McCamy est un excellent violoniste ! Que se soit une gigue ou une valse, le tout se mélange de façon festive.”

Dirty Linen

“Certains de ces morceaux sont les meilleures interprétations que j’ai jamais pu écouter, même dans les vieux 78-tours des années 1920 – et ce n'est pas peu dire. Je n'ai jamais entendu de meilleurs New Money ou Far in the Mountain que dans ce disque. C’est ce qui se fait de mieux aujourd’hui dans le style « Old-time » au violon.”

Robert Crumb